6 conseils pour réussir ses photos culinaires en hiver

22 . 11 . 2020 | Photographie culinaire, Stylisme culinaire | 0 commentaires

Quand l’automne s’installe, les lumières baissent et changent. Le temps de jour réduit aussi considérablement. Il faut s’avoir s’adapter pour réussir ses photographies culinaires en hiver. Souvent vu comme une énorme contrainte, il est pourtant possible d’apprivoiser ces lumières et de jouer avec.

Bien sûr ces conseils, sont pour les photographes qui travaillent en lumière naturelle. Mais je préfère te conseiller de d’abord maitriser pleinement la lumière naturelle avant d’utiliser la lumière artificielle.

Aujourd’hui je vais essayer de te convaincre que l’hiver c’est top aussi pour la photographie et te glisser tous mes conseils pour réussir tes photos food à cette saison.



Conseil n°1 : Organiser & ANTICIPER

A cette saison, on a que quelques heures pour shooter (en général de 10h-11h à 15h-16h). Ce n’est donc pas à 10h30 qu’il faut mettre le cake en cuisson, se demander quel stylisme on va utiliser ou aller acheter des feuilles d’épinard pour la déco (surtout si on a plusieurs recettes au programme).

1 seul mot d’ordre, anticiper pour s’organiser. Je t’avais d’ailleurs écrit cet article avec 4 étapes simples pour programmer efficacement un shooting et tout planifier. Tu y trouveras aussi une fiche à imprimer pour t’aider dans cette préparation.

A toi de trouver ensuite la routine qui te convient : préparer le stylisme (1 pile par set par exemple) la veille, préparer tes recettes à l’avance, etc. Tu peux aussi installer, par exemple 2 sets, le matin en attendant la lumière et ne plus qu’à avoir ton plat à positionner et shooter. Le but étant d’être opérationnel(le) à 11h pétantes.


Conseil n°2 : Comprendre la lumière hivernale pour l’apprivoiser !

En hiver, la lumière est moins forte. Il faut donc palier à ce manque de luminosité. Quel que soit la taille de ta source de lumière (grande baie vitrée ou petite fenêtre), plus tu vas t’en éloigner plus tu vas perdre en puissance lumineuse. On dispose déjà de peu de lumière alors autant en profiter en s’approchant au plus prés si besoin de ta source de lumière.

C’est un peu comme un bon feu de cheminé, si tu veux profiter au max de sa chaleur après une bataille de boules de neige, tu te colles presque les fesses dans le foyer (et après tu ne peux plus en partir).

La deuxième chose à savoir c’est qu’en hiver, le soleil ne monte jamais très haut dans le ciel. On obtient donc des lumières beaucoup plus rasantes qu’en été. Cette lumière latérale crée des textures uniques sur les sujets (qui sont moins écrasés par rapport à une lumière trop verticale). Elle est donc parfaite pour flatter les textures de vos plats. Elles donnent aussi des ombres beaucoup plus allongées qui peuvent donner de la vie à tes clichés. Cette lumière plus basse sera aussi parfaite pour des contre-jours plus doux qu’en été.

Au final… cette lumière d’hiver a presque plus de qualités que de défauts non ?

Les photos de ces pokes bowl ont été prise à contre-jour vers midi. Malgré qu’on soit dans l’heure de la journée où le soleil est le plus haut dans le ciel, on obtient de jolies ombres bien allongées. Et le contre-jour vient souligner toutes les textures des ingrédients du bol.



Conseil n°3 : Shooter à faible vitesse

C’est le moment où on va parler un peu technique. Je ne peux pas tout t’expliquer en quelques lignes mais pour résumer tu vas pouvoir jouer sur l’exposition de ta photo en jouant avec les réglages des ISO, de l’ouverture et de la vitesse (c’est ce qu’on appelle le triangle d’exposition). On choisit en général de ne pas trop monter dans les ISO et on fait un choix d’ouverture en fonction de la profondeur de champ qu’on souhaite avoir. Reste donc à jouer sur la vitesse d’obturation.

On va pouvoir s’adapter au manque de lumière en choisissant des vitesses lentes. Pour éviter les flous de bougé un trépied sera par contre obligatoire (côté matériel j’utilise un trépied Manfrotto 055). Je te conseille aussi d’utiliser une télécommande (ou le déclenchement avec l’appli smartphone) pour déclencher (et empêcher le bougé possible en déclenchant sur l’appareil).

Attention tout de même au rendu attendu, cela ne sera pas possible si on veut faire de l’action shot par ex!

Si tout cela te semble totalement abscons, il est temps de comprendre enfin le fonctionnement et les réglages de ton appareil photo… participes à la prochaine formation « comprendre & maitriser son appareil photo »


Conseil n°4 : Utiliser des réflecteurs

Une façons simple d’augmenter la luminosité sur ton set et de déboucher les ombres, est d’utiliser un réflecteur. Tu peux aussi remplacer le réflecteur par du carton blanc. J’utilise pour ma part du carton plume depuis plusieurs années.

On place en général, le réflecteur à l’opposé de la source de lumière (ta lumière vient de gauche… places un réflecteur à droite). Essayes et observes les changement de luminosité sur ton set en déplaçant le réflecteur, le gain est considérable.


Conseil n° 5 : Ajuster à l’édition

Un moyen simple d‘ajuster la luminosité de tes photos est de le faire à l’édition. Sous Lightroom en ajustant déjà quelques curseurs dans les réglages de base tu pourras facilement rendre la luminosité manquante à ta photo.

Tu pourras notamment en quelques clics, exposer correctement une photo sous-exposé, éclaircir les ombres ou ajuster la balance des blancs (les lumières en hiver son souvent plus froide).

Deviens un as de l’édition en participant à ma formation de 2h sur Lightroom.


Conseil n°6 : Shooter dehors

Et si c’était le moment de sortir des sentiers battus et d’organiser un shooting dehors pour profiter pleinement de la totalité de la lumière ? Bien sûr je te l’accorde, ce n’est pas au programme pour les jours à venir mais n’oublies pas cette possibilité pour la suite. Encore une fois, si tu te lances dans ce type de défi, pense au conseil n°1 : ORGANISATION. Une fois sur place avec ton gâteau installé en pleine nature, c’est pas le moment de se rendre compte qu’il manque la carte SD dans ton appareil.

J’avoue que je n’ai jamais réalisé de shooting en extérieur pour moi (que dans le cadre pro’) mais c’est dans la liste de mes objectifs pour cet hiver.



Conseil bonus : si c’était le moment pour tester le style moody?

Si il y a bien une saison qui fonctionne bien avec ce style de photo c’est l’automne et l’hiver. Ca tombe bien, ce sont aussi les bonnes saisons avec leurs faibles luminosités et lumières plus rasantes où l’ont peut obtenir de sublime ambiances cosy et douce.

C’est d’ailleurs en voulant m’adapter aux lumières hivernales que j’ai commencé à faire des photos moody.

Participes à la prochaine mini-formation moody en live pour découvrir & progresser dans ce style


Pour résumé, les lumières automnales et hivernales sont plus faibles en luminosité, rasantes et parfois bleutées. Elles peuvent être un atout pour créer de belles ambiances et photos. Autant les exploiter plutôt que les voir comme une contrainte. C’est aussi l’occasion de progresser dans sa technique et maitrise de son appareil pour obtenir les résultats voulus.

N’hésites pas à partager tes photos foods en jouant avec la lumière hivernale en me taguant

@confit_banane_ #formationconfitbanane

En savoir plus sur la photographie culinaire...

Tu as envie de devenir la Beyonce du déclencheur ? de faire de superbes compositions ? de maitriser la lumière ? de créer des images percutantes ?

Rejoins mon academie de photographie culinaire

6 conseils pour réussir ses photos culinaires en hiver

Quand l'automne s'installe, les lumières baissent et changent. Le temps de jour réduit aussi considérablement. Il faut s'avoir s'adapter pour réussir ses photographies culinaires en hiver. Souvent vu comme une énorme contrainte, il est pourtant possible d'apprivoiser...

L’espace négatif en photographie culinaire

Il existe plusieurs règles de composition utilisées en photos food (et la photographie en général) comme la règle des tiers, le triangle d’or, etc…. aujourd’hui je te propose de parler de l’espace négatif! Ce terme de photographie est une technique de composition que...

6 erreurs courantes quand on débute en photo culinaire & comment y remédier

Il y a des erreurs assez récurrentes dans la photo culinaire qu'on fait tous au début... et même encore. Le diable se cache dans les détails et il est assez régulier de zapper un truc (et c'est normal!!) . Je te liste dans cet article les erreurs banales que tu peux...

Pourquoi et comment se fixer des objectifs en photographie & stylisme culinaire

En écoutant le podcast Devenir photographe culinaire enregistré avec Clémence de Made In Clems, (oui je me suis auto-écoutée hihihi) je me suis rendue compte de comment ces derniers temps, le fait de mettre fixé des objectifs avait fait progresser à nouveau ma...

4 étapes pour planifier efficacement son shooting photo culinaire

Pour être parfaitement honnête, il m'arrive (trop) régulièrement de faire un shooting sans avoir programmé quoi que ce soit et de travailler "à l'instinct". C'est très bien quand tout roule, que l'inspiration est au RDV & qu'on a envie...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Partages
Enregistrer1
Partagez
Tweetez
Partagez